Les jouets connectés : progrès versus vie privée

Lundi 4 décembre 2017, la CNIL a annoncé la mise en demeure de Genesis Industries Limited pour non-conformité des traitements de données personnelles. Le robot I-Que et la poupée Mon amie Cayla, deux jouets connectés à première vue parfaitement inoffensifs ont été décrétés dangereux pour la sécurité des jeunes utilisateurs. En cause, une connexion Bluetooth non sécurisée. Pour ne rien arranger à la situation, un article paru le 12 décembre dernier met en garde contre l’utilisation d’un autre jouet connecté, vulnérable aux cyberattaques : Toska Toukan.

Comment les consommateurs réagissent-ils face à la nouvelle, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année ? Quelle est leur opinion des jouets connectés ? Grâce à notre outil de veille Opinion Tracker, nous avons pu analyser les prises de parole des internautes ainsi que les attitudes adoptées vis-à-vis de cette polémique.

Les jouets connectés : un topic qui s’en va et qui revient

 

Graphique tendances jouets connectés

 

Si le topic n’est pas resté en tête des charts pendant 3 semaines consécutives, il a tout de même suscité un certain intérêt sur la toile en cumulant 1 300 résultats.

L’analyse de la courbe permet de dégager trois grandes tendances durant la période du 4 au 15 décembre. Les deux pics majeurs surviennent peu après la publication de plusieurs communiqués de presse sur la CNIL au début du mois de décembre. La tendance s’essouffle progressivement jusqu’à l’apparition d’un article sur Teksta Toucan, un autre jouet connecté qualifié de potentiellement dangereux, le 12 décembre dernier.

Les jouets connectés : un « Trending Topic » sur Twitter

 

graphique répartition médias sociaux

Dans l’affaire des « jouets connectés » Twitter semble faire de l’ombre à ses concurrents. En effet, 54 % des internautes ont privilégié ce réseau social pour s’exprimer autour du sujet. Non, Twitter n’utilise pas un champ gravitationnel pour attirer les internautes. Son succès s’explique en grande partie par l’instantanéité. Effectivement, ce dernier permet à ses utilisateurs de suivre l’actualité en temps réel et d’interagir dans les minutes qui suivent l’apparition d’une nouvelle info.

À bas le progrès !

 

Mais revenons à nos moutons, à l’approche des fêtes de fin d’année, les cadeaux pour enfants deviennent l’un des sujets phares des médias. Malheureusement, cette année, les petits devront se contenter d’un bon vieux jeu de société. Pour cause, l’apparition d’articles révélant le danger de certains jouets connectés. La réaction des internautes ne se fait pas attendre sur Twitter, un grand nombre d’entre eux tirent la sonnette d’alarme face aux risques d’insécurité engendrés par l’absence de protection des données d’enfants utilisant ces jouets.

Effectivement, nous ne sommes pas dans un roman de Stephen King. Qui sait, My Friend Cayla aurait peut-être pu suivre les pas d’Annabelle ou de Chucky et devenir la nouvelle star 2.0 des films d’épouvante. Malheureusement, nous ne le saurons jamais. Si Cayla et son ami le robot I-Que ont pour le moment un casier judiciaire totalement vierge et ne sont connus ni des services de police ni d’exorcisme, leur existence ne rassure pas pour autant notre internaute. Le contenu des Tweets en est la preuve. La protection de la vie privée est la thématique qui revient à chaque fois au galop. Il y a comme un sentiment d’insécurité qui se traduit par l’utilisation de certains hashtags comme « hack », « sécurité » ou Vieprivée » comme le montre le graphique d’en dessous.

graphique hashtags twitter

Si la grande majorité des tweets postés jouent un rôle purement alarmiste, d’autres prodiguent des conseils de sécurité à suivre aux parents les plus « casse-cou » souhaitant tout de même prendre le risque d’offrir un jouet connecté à leur progéniture. Notre article décline toute responsabilité en cas d’attaque de jouets possédés.

 

A ce jour, l’entreprise mise en demeure par la CNIL n’a toujours pas réagi à la polémique. Il est important de rappeler, qu’une mauvaise gestion de communication de crise peut impacter négativement la réputation d’une entreprise. Une fois la crise survenue, pour limiter les dégâts, il est vivement conseillé de s’exprimer publiquement.

Voici un article qui pourrait vous être utile : https://blog.groupe361.com/27112014-bad-buzz-crise-pratiques/

Les jouets connectés une affaire d’hommes

 

En cette fin d’année, une nouvelle tendance vient balayer les clichés sexistes. Contrairement aux idées reçues, le topic des jouets connectés a connu un franc succès auprès des hommes. Messieurs vous avez été 69 % à vous intéresser au sujet contre 31 % des femmes.

graphique répartition homme/femme

Finalement, une fois de plus le progrès est pointé du doigt. La polémique autour de la digitalisation des jouets pour enfants relance le débat sur la sécurité des données personnelles collectées grâce à l’utilisation des gadgets connectés de plus en plus nombreux dans nos foyers. Morale de l’histoire, vivre avec son temps c’est bien, savoir ce qu’on consomme c’est mieux. Cependant, ne vous inquiétez pas, l’invasion cyborg n’est pas pour 2018. Sur ce, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter de passer de très bonnes fêtes de fin d’année !

Revenir aux actualités

Etre contactéRecevoir notre plaquetteDemander une démo