#LeGrandDébat vu par Twitter : que disent les chiffres ?

Diffusé sur TF1, le premier débat de l’élection présidentielle a réuni les 5 « principaux » candidats : François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Très attendu et déjà sujet à controverse (pour les 6 candidats non invités), ce débat a réuni près de 10 millions de téléspectateurs. Alors que tous les grands événements de TV sont aujourd’hui suivis, commentés et amplifiés sur Twitter, quel candidat a tiré son épingle du jeu, selon le réseau social ? Enquête chiffrée avec notre outil de veille Opinion Tracker.

Avant-propos

Les sujets politiques sont difficiles à appréhender sur Twitter. Le réseau social est aujourd’hui investi par les équipes de communication des candidats, parfois par de faux comptes de soutien et les utilisateurs de Twitter ne sont pas représentatifs de la population électorale française (énormément de mineurs, très peu de personnes âgées, notamment). Par ailleurs, l’algorithme de Twitter biaise également la remontée des tweets et la lecture des informations : on est loin d’un idéal de démocratie 2.0 entre citoyens.

La présente analyse aborde donc l’impact quantitatif du débat sur Twitter, en termes de visibilité et de viralité, et aucunement en matière d’intention de vote ou de crédibilité de tel ou tel candidat.

Un #GrandDébat pour une grande mobilisation sur Twitter

Premier constat : en une journée et demie (avant, pendant et après l’événement), plus de 800 000 comptes Twitter ont cité le « #débat », « #DébatTF1 » ou « #LeGrandDébat ». Une réussite pour TF1, qui a accolé son nom à un des hashtags dédiés.

Nombre de tweets sur le débat

Évolution du nombre de tweets citant les mots « débat », « #DébatTF1 » ou « #LeGrandDébat ». Période d’analyse : 36 heures.

Si la majorité des tweets (76%) ont été des commentaires spontanés au cours du débat, de nombreux messages ont été publiés avant et surtout après l’événement : la confrontation des 5 candidats était attendue et a suscité de nombreux commentaires analytiques une fois terminée. Les hashtags de l’événement ont trusté les Trending Topics durant toute la soirée, prouvant une nouvelle fois que les émissions de télévision sont aujourd’hui transcanales.

Quel candidat a été le plus cité ?

Grâce à notre outil Opinion Tracker, nous avons pu relever les quelques 1,65 million de tweets qui ont cité un ou plusieurs candidats au cours des 36 heures d’analyse. Pour rappel, la visibilité d’un candidat n’est pas nécessairement positive : les mentions dans le cadre de mises en examen, notamment, sont nombreuses et sujettes à controverse.

Si, lors d’un débat présidentiel, le temps de parole de chaque candidat doit être équilibré, la visibilité (nombre de mentions) de chacun sur Twitter peut l’être beaucoup moins.

Répartition du nombre de tweets citant chaque candidat

Répartition du nombre de tweets citant chaque candidat. La somme prise pour référentiel est le total de tweets citant au moins un candidat. Période d’analyse : 36 heures.

On note toutefois qu’à une exception près, la visibilité de chaque candidat est comparable : Macron, Fillon, Le Pen et Mélenchon se tiennent en moins de 3 points (entre 20 et 23% des mentions). Derrière eux, on retrouve Benoît Hamon, qui a été moins cité dans le cadre du débat (moins de 12%).

Par ailleurs, sur les 36 heures d’analyses (avant, pendant et après le débat), la visibilité des candidats a évolué. L’exemple le plus parlant est celui de Jean-Luc Mélenchon : avant le débat, le candidat de la « France Insoumise » était le moins cité sur Twitter (9%). Pendant et après l’émission, il a réussi à doubler son score pour devenir le deuxième candidat cité. À ce titre, Jean-Luc Mélenchon peut considérer sa participation au débat comme une réussite. À l’inverse, Benoît Hamon a perdu 6 points de visibilité entre « l’avant » et « l’après-débat » : une prestation décevante de sa part, ou une victoire des « orateurs » (dixit Le Monde) sur la forme ?

Mélenchon a fait une remontée surprenante

Évolution de la part de tweets citant chaque candidat avant, pendant et après le débat. La somme prise pour référentiel est le total de tweets citant au moins un candidat. Période d’analyse : 36 heures.

Quels duels pour les candidats ?

En comparant le nombre de mentions communes des candidats, nous avons pu constater que certains duels ou duos se formaient. Si ces derniers ne permettent pas d’identifier le concurrent direct de chaque candidat, ils aident à donner des indices sur les associations qui peuvent être faites entre les candidats.

Benoît Hamon est le candidat qui a été le moins cité individuellement

Part, pour chaque candidat, de tweets l’associant à un de ses adversaires par rapport à son nombre total de mentions. Période d’analyse : 36 heures.

On constate notamment que le candidat le plus cité en compagnie de Macron et Mélenchon est Marine Le Pen, sans doute signe de joutes verbales entre ces candidats, mais également de programmes radicalement opposés.

On note également que les deux candidats les plus « à droite » (Fillon et Le Pen) ont pour principal candidat associé Emmanuel Macron, qui peut être considéré comme un concurrent potentiel pour les voix qu’ils visent.

Enfin, si les 4 « premiers » candidats (en termes de visibilité : Macron, Fillon, Le Pen et Mélenchon) ont des scores comparables en ce qui concerne leur nombre de mentions individuelles (entre 44% et 52%), on constate que Benoît Hamon a rarement été cité sans un de ses adversaires (21% de mentions individuelles). Une identité à définir, au moment de rassembler la gauche autour d’un nouveau projet ?

Très suivi et commenté sur Twitter, #LeGrandDébat a mis en avant Jean-Luc Mélenchon, qui a profité de l’événement pour gagner en visibilité, mais également Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen, qui présentent un nombre de mentions légèrement supérieur au candidat de la « France Insoumise ». D’un point de vue statistique, le grand perdant de la soirée semble être Benoît Hamon, qui a profité d’une visibilité deux fois moins importante que ses concurrents, et qui a très rarement été cité de façon individuelle. Autant d’indicateurs quantitatifs qui ne sauraient déterminer l’issue du premier tour, mais qui mettent en avant les mécanismes particuliers de Twitter en matière de politique. À suivre avec Opinion Tracker !

Revenir aux actualités

Etre contactéRecevoir notre plaquetteDemander une démo